Le jardin des délices

Le studio néerlandais Smak a utilisé Cinema 4D pour donner vie aux visions du célèbre peintre de la Renaissance Jérôme Bosch.

La Renaissance est sans conteste la période la plus importante de l'art en Europe. Elle a été le témoin d'une incroyable renaissance artistique du dessin, de la sculpture, de l'architecture et de la peinture. Le maître de peinture néerlandais Jérôme Bosch est l'un des premiers maîtres de la Renaissance dont les œuvres sont encore vénérées comme visionnaires de nos jours. Dans le cadre de la célébration du 500e anniversaire de Bosch, le musée MOTI à Breda, aux Pays-Bas, a décidé de donner à son oeuvre la plus célèbre, Le Jardin des Délices, qui est la pièce maîtresse d'un triptyque, un traitement tout à fait spécial : Studio Smack a reçu pour mission de recréer numériquement ce chef-d'œuvre du moyen âge et de créer une animation à partir de celui-ci dans un look contemporain.

" La première étape consistait à adapter le terrain de la peinture originale à un environnement numérique. Nous avions besoin de beaucoup de place car nous avons dû remplir la scène avec un large éventail de différentes créatures. La peinture originale est vraiment très densément peuplée. Après avoir commencé à mettre en œuvre toutes nos idées, nous avons rapidement eu plus de 200 personnages qui devaient tous être animés ! "

En règle générale, on utilise un « rig » pour animer des personnages, mais c'est une tâche que personne chez Studio Smack ne souhaitait vraiment faire. C'est pourquoi l'équipe a cherché des solutions de rechange pour faciliter sa vie et s’est finalement tourné vers Mixamo, un système de rigging développé par Adobe. " Compte tenu du nombre de personnages avec lesquels nous travaillions, cela nous a vraiment sauvé la mise ! Les modèles ont été téléchargés, un rig a été alors ajouté automatiquement et les données Mocap ont été finalement ajoutées. Enfin, le personnage était prêt à faire sa part du travail ", se souvient Thom Snels qui, avec Ton Meijdam, compose l'équipe Studio Smack. " D'autres tâches, telles que la combinaison des différentes animations d'un personnage ou la création de transitions parfaites entre les boucles, ont été réalisées dans Cinema 4D ".

"Un véritable défi résidait dans la gestion et la sauvegarde de la perspective de la peinture originale ", explique Thom. Bosch a peint ses images en utilisant une perspective très courante au moyen âge dans laquelle il n'existe pas de véritable point de fuite. Les éléments individuels semblent être simplement empilés les uns sur les autres. " Pour reproduire cet effet de perspective dans notre animation, nous avons utilisé une caméra avec une perspective parallèle. Chaque élément a été rendu individuellement et mis à l'échelle en  fonction à la phase de montage ", explique Thom.

" Nous avons créé ces illustrations et l'animation qui va avec en exclusivité pour le MOTI (Museum Of The Image) et utilisé à peu près tous les trucs et astuces possibles extraits du livre Cinema 4D. Les objets Cloneurs pour multiplier des éléments individuels, des Effecteurs pour créer des mouvements spécifiques et des outils de création et gestion de personnages pour la création des mouvements globaux des caractères. "

" Quand je regarde en arrière, je vois la quantité incroyable de travail que nous avons dû mettre en œuvre pour venir à bout de ce projet. Je me dis que Cinema 4D ne nous a jamais laissé tomber ", déclare Thom.

Site web du Studio Smack :
http://www.studiosmack.nl/


Studio Smack sur Facebook:
www.facebook.com/STUDIO-SMACK-287330375863/

 

Previous slide
Next slide