Illustration de la Démence Numérique

Calculatrices de poche, base de données, traitements de texte, sont autant d'innovations qui simplifient notre vie quotidienne - mais, elles peuvent aussi conduire à une diminution des aptitudes à l'écriture récursive à la main sans parler du calcul mental et des performances de mémorisation. Cette sorte de démence numérique est justement le sujet de la thèse soutenue par Felix Drössler : ce projet informatif a été conçu avec Cinema 4D.

[Translate to French:]

Les ordinateurs et nouveaux médias sont responsables de changements importants du comportement humain : une génération entière d'étudiants est dorénavant frappée par une diminution de la durée de l'attention et autres troubles de la concentration. Il s'agit d'une menace pour le moins inquiétante, baptisée "Démence Numérique", elle se répand dans toutes les classes sociales.

Felix, étudiant en design des médias, a choisi la démence numérique comme sujet principal de sa thèse de fin d'études de 1er cycle universitaire. Il a donc créé de toutes pièces un film pédagogique sur la démence numériques, ses causes et les remèdes possibles pour en venir à bout. Ce projet a été réalisé en utilisant notamment Cinema 4D - programme qu'il connaissait déjà extrêmement bien grâce au travail qu'il avait effectué sur un projet antérieur. Le projet démence numérique allait être très différent de son projet précédent dans la mesure où il devait le produire de manière totalement indépendante sans pouvoir tirer avantage de l'aide éventuel le d'aucun partenaire.

Felix souhaitait créer un mixte entre éléments 3D et animation graphique. Aussi, après avoir bouclé le scénario en s'aidant des diverses ressources qu'il avait étudiées, il s'est attelé à la production des visuels susceptibles d'être réalisés dans le cadre d'un projet uni personnel. Felix a donc opté pour un look low-poly qu'on pouvait non seulement rapidement modéliser mais qui s'avérait aussi la solution idéale en vue d'une utilisation intégrant des animations type motion graphics.

Felix a insufflé vie à ses éléments en utilisant des objets dynamiques qui tremblaient une fois agrandis. Il a aussi eu recours à une large gamme de déformateurs pour assurer la mise en mouvement des objets animés.

La Ligne de Temps et l'Editeur de Courbes, deux éléments déterminants dans la simplification du flux de production qui ont grandement facilité la modification des courbes d'animation d'après Felix. “Il y a en permanence du mouvement dans mon film. Chaque plan intègre des objets qui tournent, surgissent face caméra, se déplacent d'un côté à l'autre et ainsi de suite. Chaque objet à son propre mouvement, ce qui lui confère une animation qui elle aussi est unique. Parvenir à une coordination d'ensemble de tous ces objets épars a été un des défis majeurs de ce projet," se remémore Felix.

L'étape suivante était de déterminer les couleurs et matières devant être appliquées aux objets et arrière-plans. Felix a énormément travaillé avec le shader Cellulo qu'il a placé dans le canal luminance des textures. Quand une matière utilise uniquement la canal de Luminance, elle semble très à-plat, les lumières n'ont alors qu'un effet très limité sur elle. Il n'y a quasiment ni dégradés ni ombres générés. Le shader Cellulo m'a permis de récupérer le bénéfice de ces dégradés de couleurs et des ombres associées, idem pour les reflets spéculaires, tout en conservant l'aspect illustré souhaité," explique t-il. Grâce à cette méthode, il a pu obtenir l'aspect désiré concernant les modèles low-poly, textures y-comprises sans oublier les couleurs et matières associées.

Le rendu a été effectué en plusieurs phases car chaque scène était rendue de manière quasi indépendante et autonome. Les séquences TIFF obtenues après rendu ont été importées dans After Effects pour montage final. Ces séquences intégraient un canal alpha, une passe AO (Occlusion Ambiante) et une passe de profondeur pour les objets devant être combinés. Une correction colorimétrique, des pistes audio et une création sonore originale ont enfin été intégrées via After Effects pour créer le film dans sa version finalisée. 

Site web de Felix Drössler :

www.cinematicbakery.com/

Previous slide
Next slide