Previous slide
Next slide

Retour vers le futur

Un soldat du futur comme stagiaire au bureau ? Brennan Ieyoub utilise Cinema 4D pour créer un clip vidéo divertissant pour Ubisoft.



On a du mal a s'imaginer pouvoir insuffler une bonne dose d'humour au jeu d'arcade Tom Clancy produit par Ubisoft. La vidéo Ghost Recon nous dévoile ce à quoi ce soldat du futur pourrait ressembler.

Brennan Leyoub, un producteur vidéo doublé d'un cinéaste, résidant à San Fransisco, s'est pourtant attelé à ce projet plutôt amusant.  Sa vidéo toute personnelle s'intitule 'Ghost recon : Future Intern. Il l'a réalisée pour le compte d'IGN (Imagine Games Network), le but étant de promouvoir le jeu Tom Clancy avant sa sortie officielle.

Leyoub, qui avait déjà travaillé pour IGN pendant sept ans avant de fonder sa propre société de production, Layer media, en 2011, disposait de seulement deux petites semaines pour créer une vidéo dans laquelle un soldat tout droit sorti du jeu, décrocherait un emploi de stagiaire à IGN. Non content de s'être occupé du concept général et de l'écriture du scénario, il a pris en charge la réalisation des motion graphics 2D et 3D en utilisant MAXON Cinema 4D associé à Adobe After Effects.

Le but était de créer une parodie qui soit tout à la fois drôle et fidèle à l'esprit du jeu tout en instillant un peu de la culture propre au bureau d'IGN. Avec un délai aussi serré à respecter, Leyoub a du consacrer une très longue journée à la prise de vue vidéo. Sa tâche a toutefois été facilitée dans la mesure où Ubisoft venant juste d'achever la production d'un court métrage de promotion du jeu, Leyoub a pu utiliser les accessoires et costumes de très haute qualité qui trainaient encore dans les bureaux.


Un apprenti Cinema 4D

Parce qu'il se considère comme un "apprenti Cinema 4D" ayant encore beaucoup à apprendre, Leyoub ne pensait pas être en mesure d'utiliser ce logiciel pour créer les effets visuels de son projet vidéo. Il a finalement changé d'avis quand certains évènements ne se sont pas passés comme prévu le jour du tournage - notamment lors de la scène dans laquelle un hélicoptère vole au-dessus de l'épaule du futur stagiaire. L'objectif initialement prévu était d'utiliser son smart phone pour contrôler le vol d'un drone quadricoptère Parrot AR qu'on verrait dans le plan et sur l'épaule de l'acteur.

Toutefois, même si  Leyoub avait quelque peu pratiqué le pilotage dans son salon ; il s'avéra que le jour du tournage le drone après avoir décollé , alla directement au plafond avant de s'écraser en mille morceaux au sol. "Je me suis dis 'Oh mon Dieu ! Je vais devoir me résoudre à faire cet effet avec Cinema 4D, je n'ai plus le choix désormais", se souvient t-il en riant. C'est ainsi qu'après avoir trouvé un modèle libre de droit d'un drone Parrot AR sur internet, il a "Frankensteiné" ce modèle avec un modèle de pince mécanique version jouet pour créer un drone UAV (unmanned aerial vehicule - vaisseau aérien sans pilote).

Cinema 4D s'est également avéré très pratique quand Leyoub a du créer certains des effets renforçant le comique et la théâtralité de la scène où on peut voir des boites UPS s'empiler sur les bureaux du personnel. Après avoir essayé de tourner cette scène en s'aidant d'un assistant de production hors champ, jetant les boites sur les bureaux, il a finalement décidé d'utiliser Cinema 4D pour modéliser ces dernières. "J'ai ensuite utilisé des proxies pour la géométrie et les physiques pour filmer les boites s'éparpillant grâce à un émetteur puis atterrissant d'une manière à la fois drôle et sympathique", explique t-il.

Leyoub attribue une grande partie du succès de son projet à l'utilisation de Cinema 4D, sans parler des nombreux tutoriels, tous plus utiles les uns que les autres, qu'il a facilement trouvé sur YouTube. Etant un utilisateur très expérimenté d'After Effects, il a tout particulièrement apprécié l'intégration aussi étroite qu'harmonieuse, existante entre  les deux logiciels. Cette dernière lui a notamment permis de partager une caméra et de faire des allers et retours très facilement entre eux. "Je suis conscient qu'il doit y avoir d'autres modes opératoires que ceux que j'ai choisis", confesse t-il. "Mais à la fin de ma journée, j'étais plutôt satisfait et les gens d'Ubisoft l'ont également été, donc, tout est pour le mieux".

Vous pouvez lire l'intégralité de cet article sur Renderosity !

Previous slide
Next slide