Cinema 4D assure le lancement de Chuck le Caméléon

La plupart des jeux fonctionnant sur plusieurs plates-formes sont développés grâce à Unity 3D. La création de contenus dédiés à ces jeux peut être facilement assurée en utilisant Cinema 4D !



Comment réagissent les joueurs chevronnés ayant des années d'expérience en 3D derrière eux quand ils s'aperçoivent que le jeu de leurs rêves n'est pas disponible dans leur app store ? Ils le créent eux-mêmes, tout simplement. C'est ce qui est arrivé à l'équipe de 3 personnes qui s'est attelée à la création de Chuck le Caméléon.

La mission de cette dernière est assez simple et peut se résumer ainsi : Explorez plusieurs niveaux 3D, les uns après les autres et recueillir autant de bulles de savon que possible tout au long de son périple.

La phase initiale de planification terminée, on a du sélectionner les outils les mieux adaptés à la réalisation effective du projet. L'équipe a alors décidé d'opter pour Unity 3D en tant qu'outil de développement principal, car ce dernier est en mesure d'assurer le développement de systèmes multi-plates-formes, à savoir : iOS et Android. Les infographistes Alessandro Maniscalco et Elisa Salgarelli ont également créé tous les éléments 3D nécessaires à l'aide de Cinema 4D.

Cinema 4D disposait de tout ce dont l'équipe avait besoin pour créer l'intégralité des éléments constituant le jeu. Le programmeur Matteo Prochedda, souligne toutefois que bien souvent le diable se cache dans les détails ! ainsi : "L'exportation des éléments en tant que telle s'est bien déroulée mais la mémoire allouée n'était pas du tout optimisée ! Si plusieurs instances d'un objet donné se trouvaient dans une seule et même scène, elles étaient alors converties en autant de géométries différentes au moment de l'exportation, ce qui augmentait d'autant la taille du fichier généré. C'est pourquoi j'ai dû créé un outil en utilisant Python de manière à convertir toutes ces instances en Unity Prefabs et ce, directement dans Unity 3D. Nous avons également utilisé un deuxième outil, là aussi dans Unity 3D, pour positionner rapidement et facilement les Prefabs quand cela s'avérait nécessaire".

Grâce à Cinema 4D, les infographistes ont bénéficié de beaucoup de liberté pour concevoir les différents niveaux de jeu. Ces derniers ayant également posé de nombreux problèmes à solutionner. Comme l'a déclaré Matteo : "Etant donné que nous devions aussi développer pour des tablettes ayant des performances limitées, un grand nombre des niveaux créés par Alessandro et Elisa s'est avéré trop détaillé et a dû être optimisé. Les clôtures par exemple, (Staccato en Italien), nécessitaient une très grande quantité de mémoire et la plupart d'entre-elles pouvaient être supprimées sans pénaliser énormément le caractère intrinsèque de chaque niveau. C'est ainsi qu'on m'a surnommé "M. Steccato 1" après que j'aie retiré la quasi-totalité des clôtures parsemant le jeu !".

La modélisation des objets terminée, le texturage et l'éclairage furent les prochaines étapes à mener à bien sur notre liste, tout en conservant à l'esprit que nous devions tirer le meilleur parti possible de chaque objet sur lequel nous devions travailler. Nous avons réalisé cette partie du projet en utilisant l'outil de texturage de géométrie 3D BodyPaint 3D, lui aussi développé par MAXON, qui permet notamment un dépliage rapide des UV. "La fonction UV, Adapter par Etirement s'est avérée d'une valeur inestimable," remarque Matteo. "Ceci nous a permis de créer des dégradés irréprochables entre les différentes textures !". L'éclairage a été assuré via l'Illumination Globale, les ombres ont quant à elles été ajoutées avec Cinema 4D. Du Light Mapping et de la Conformation de Texture ont permis de générer de nouvelles cartes de textures utilisées par les scènes ; ces dernières étant utilisables en l'état dans Unity 3D. Au total, 2000 textures ont été créées pour Bubble Jungle, dont un grand nombre, à l'instar de Chuck et des monstres, ont été générées à la main à l'aide de BodyPaint 3D.

Deux ans ont été nécessaires pour assurer la conception, la production, le texturage, l'export, l'implémentation et les tests finaux des 59 scènes du jeu. Bubble Jungle est désormais terminé et on peut jouer avec Chuck le Camaléon sur des périphériques iOS ou Android. Les producteurs envisagent d'ailleurs de porter Bubble Jungle sur d'autres plates-formes..

Le site web de l'équipe :
www.crankymonkeystudio.com

Vidéo promotionnelle Bubble Jungle :
https://www.youtube.com/watch?v=gL67VFQWTi4&feature=youtu.be

Autres  vidéos montrant le jeu en action :
https://www.youtube.com/watch?v=aoFCskLcjcY
https://www.youtube.com/watch?v=1Spfkc2ywTw


Previous slide
Next slide