La fantasique épopée de la laine

Le studio londonien Neon mixe action live et images de synthèse pour réaliser une séquence animée très subtile.


Par Steve Jarratt

Le célèbre logo Woolmark orne de nombreux produits de laine de qualité ; pour les acheteurs,  c'est l'assurance qu'il s'agit d'un produit 100% laine. Dans le cadre de ses activités promotionnelles en cours, The Woolmarl Company a demandé à Neon, studio basé à Londres, de réaliser un court-métrage décrivant les différentes étapes du processus de production de la laine, des moutons jusqu'au vêtement correspondant.

Le brief concernant 'Lost and Found' s'est avéré des plus simple quoique relevant quand même du défi à en croire Tom Bridges, directeur général de Neon. "Woolmark" souhaitait que le processus de production de la laine soit décrit de façon ludique. Comment ce but devait-il être atteint ? Nous avions pour ce faire toute latitude. C'est ainsi qu'après mûre réflexion, nous est venue l'idée de montrer ce processus du point de vue d'un échantillon de laine. Nous avons remporté l'affaire en janvier puis avons consacré ensuite quelques mois à peaufiner le scénario. Wolmark nous a donné entière liberté quant à l'aspect et au ressenti général du film".

La première étape à consister à effectuer des recherches, à collecter des documents de référence pertinents et à prévoir le lieu du tournage.  "L'élaboration du scénario et le développent des dialogues à pris à peu près deux mois à temps plus ou moins complet", commente Tom. "Dés le départ, nous avions une idée stylistique très claire : nous souhaitions créer des plans-séquences photo-réalistes  - impossibles à réaliser autrement que ce soit au niveau visuel ou physique. Notre film "Macro" était en cela le point initial pour nombre de choses que nous tentions de faire à ce moment-là".

Macro , projet hivernal  de R&D de l'équipe Neon, est un court-métrage qui a pour vedette un skateboarder. Le défi principal à relever à l'occasion de cette production consistait à mêler de manière très fine de l'action live avec des images de synthèse photo-réalistes. Le tournage intègre des angles de prise de vue inouïs avec de multiples ralentis et une extrême profondeur de champ. Tout ceci a permis à Neon de "développer un processus de création de ces plans spécifiques autour d'une équipe d'artistes très resserrée - en lieu et place de l'armada habituelle". Il est clair que le projet Macro a jeté les bases du spot Woolmark, les deux films partageant le même ADN au niveau du design. Regardez le film R&D’Macro'  ici.

"Lost and Found" commence par une séquence tournée en live montrant un mouton en train de se faire tondre. Une touffe de laine se met alors à flotter et s'en va au large pour débuter sa pérégrination. Les brins de laine ont été créés en utilisant le système nHair propre à Maya. Ils ont ensuite été animés via une combinaison de simulation et d'images-clefs.

On voit donc ce brin de laine flotter en suspension tout au long du processus de fabrication ; il notamment  filé à travers un moulin puis caracolant, porté par l'air chaud en provenance d'une tasse de café. Cette séquence est tout à fait représentative du projet car elle incorpore une tasse faite en image de synthèse, vapeur y-compris ; le tout placé sur un fond tourné en live. "Nous avons utilisé autant d'éléments réels que nous le pouvions", explique Tom. "Toutes les séquences tournées ont fait l'objet d'un tracking. Nous avons également eu recours à énormément de mapping en projection".

Concernant le tournage live, l'équipe a effectué des prises de vue à Biella en Italie du Nord, en Australie et à Huddersfield au Royaume-Uni. "La captation de ces éléments en vue de leur insertion quasi transparente et ce y compris avec les éléments de décors à base d'images de synthèse,  a nécessité beaucoup de peaufinage".

 L'équipe s'est appuyée sur des prises de vue HDRI effectuées sur site auxquelles elle a associé des éclairages natifs Cinema 4D pour obtenir la qualité requise au niveau des plans à générer. "L'ensemble de la profondeur de champ est gérée via Cinema 4D", ajoute Tom. "Le moteur de rendu Physique Cinema 4D s'est particulièrement bien comporté à ce moment-là du projet pour nous permettre d'obtenir l'aspect que nous recherchions".

Alors que la plupart des plans incorporent des éléments du monde réel, quelques séquences sont néanmoins entièrement crées numériquement. Une de celles-ci implique un gros plan se focalisant sur la main d'un tailleur tandis qu'il marque un tissu avec un morceau de craie avant qu'il ne soit transformé en costume. Bien qu'on ait un aspect tout à fait photo-réaliste, la main, la craie et le matériau sont tous des images de synthèse : "Nous avons créé les maillages correspondants en utilisant la photogrammétrie associée à de très nombreuses images fixes. Cinema 4D a été utilisé pour l'animation et les textures. Nous avons également utilisé le système de particules pour créer les éclats de craie au moment où ils disparaissent".

Le rendu final a été pris en charge par le Deadline Render Management System Thinkbox Software qui s'intègre particulièrement bien avec Cinema 4D aux dires de Tom. "Nous avons essayé de garder des passes de rendu aussi simples que possible," dit-il. "Une passe esthétique principale associée à quelques passes techniques : profondeur, ID objet et ainsi de suite".

Une fois la séquence rendue, la composition finale a été effectuée avec Nuke de The Foundry auquel on a associé Adobe After Effects pour quelques éléments. Le travail de postproduction a consisté à l'ajout de "nombreux effets de lentille ainsi qu'au peaufinage de l'esthétique générale", déclare notamment Tom. "Nous avons ajouter beaucoup de poussière et particules pour que les images de synthèse aient l'air le plus naturelles possible".

Le spot a une durée totale de 2 minutes 43 secondes. Il a été rendu à une résolution de 2K. Neon a réellement débuté le projet en avril 2014 pour une livraison effective fin août de la même année. "De nombreuses personnes différentes ont été amenées à travailler à différents moments lors de ce projet", commente Tom. "Les équipes comportaient de deux à cinq personnes. Nous avons principalement utilisé des iMac et des Mac Pro comme stations de travail. Nous disposions d'une ferme de rendu totalisant ainsi 144 cœurs sur place."

La qualité finale du film témoigne non seulement de l'ingéniosité qu'a eue Neon à combiner images de synthèse et éléments de prises de vue live, mais aussi de la qualité du moteur de rendu Physique propre à Cinema 4D. Ce dernier s'avérant clairement apte à produire de superbes images photo-réalistes.

Le dernier commentaire de Tom s'adresse plus particulièrement à tous ceux qui souhaitent améliorer leur travail avec Cinema 4D : "N'ayez pas peur de vous risquer sur des projets ambitieux", conseille t-il. "Soyez impitoyables et n'hésitez pas à jeter à la poubelle ce qui ne fonctionne pas. Il vaut mieux renoncer très précocement plutôt que s'entêter des heures à essayer d'améliorer quelque chose qui ne s'adaptera manifestement jamais".

Steve Jarratt est un passionné des images de synthèse et des nouvelles technologies. Il est base au Royaume-Uni.

Regardez le film du making-of ici :   

www.vimeo.com/109022399

Site Web Neon :
www.neon.tv

Previous slide
Next slide